[EN] Stockage : les belles promesses de l’hydrogène

[EN] Vent et soleil sont des ressources vertes, inépuisables, mais aussi intermittentes. C’est l’écueil sur lequel se fracassent encore le développement et l’épanouissement des énergies renouvelables. Face à leur incapacité à fournir électricité et chaleur de manière continue, les solutions de stockage de l’énergie font figure de pierres philosophales, et parmi elles, la conversion de l’hydrogène potentiellement de Graal. L’idée : associer une centrale photovoltaïque ou une éolienne à un électrolyseur. Celui-ci convertit courant électrique et eau en hydrogène pendant les heures creuses, avant de restituer de l’électricité via une pile à combustible pendant les heures de forte demande.Pour amener à maturitéEn matière de recherches sur ces batteries du futur, dont le procédé est connu depuis 1839, l’effervescence bat ainsi son plein. Dernier exemple en date : l’investissement d’EDF en 2014, via son fonds Electranova dédié aux ” cleantech », dans la firme allemande Sunfire, spécialisée dans la fabrication de piles à combustible et d’électrolyseurs à haute température. De quoi amener à maturité deux techniques prometteuses, le ” power to gas » et le ” power to liquids ».La première, le ” power to gas », consiste tout simplement à profiter du réseau gazier existant pour transporter cet hydrogène vert vers les foyers ou les industries. Mélangé au gaz naturel, il a l’avantage de réduire leur empreinte carbone pour la production d’électricité ou de chaleur. Il peut également faire office de carburant : transformé en méthane, il permet de faire le plein des véhicules propres équipés d’une pile à combustible.La seconde piste, le ” power to liquids », consiste à transformer l’hydrogène, via les piles à combustible, en hydrocarbures de synthèse. Pétrole, diesel ou kérosène sont alors produits à travers une combustion alliant eau, CO2 et hydrogène.Reste désormais à faire baisser le coût de ces technologies, pour l’heure rédhibitoire à leur généralisation. L’avenir leur appartient pourtant : selon un rapport du consultant américain Navigant Research datant de 2013, le marché du stockage des énergies vertes représentera plus de 23 milliards d’euros par an d’ici à 2022.Pour aller plus loin
” Reversible Electrolysis », le stockage sous forme chimique
EDF et Total investissent dans les technologies de l’hydrogène

Source:: [EN] Stockage : les belles promesses de l’hydrogène